Les lois de la robotique d’Asimov : une exploration

Publié le 31 Oct, 2023
Les lois de la robotique d’Asimov - une exploration.

Isaac Asimov (1920-1992) est un nom qui évoque l’émerveillement, la science-fiction et surtout, les robots. Ce brillant intellectuel fut le créateur de l’une des pierres angulaires de la littérature de science-fiction : les trois lois de la robotique. Ces lois ont eu une influence considérable non seulement sur la littérature mais également sur notre compréhension et notre anticipation de l’avenir de la technologie. Mais que sont ces lois exactement et comment ont-elles évolué ? Comment ont-elles influencé notre vision de la technologie ? C’ est ce sur quoi nous allons essayer de nous pencher.

Asimov a pour la première fois exposé ces lois dans sa nouvelle « Cercle vicieux » (Runaround, 1942), avant de les incorporer de manière plus approfondie dans le quatrième tome de son cycle de Fondation. Pourtant, l’annonce de ces lois est perceptible dans certaines de ses histoires plus anciennes. Ces lois sont les suivantes :

  1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger.
  2. Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains sauf si de tels ordres entrent en contradiction avec la première loi.
  3. Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n’entre pas en contradiction avec la première ou la deuxième loi.

Ces lois, créées par Asimov, reflètent une profonde préoccupation pour la façon dont les humains et les robots pourraient interagir dans le futur. Elles étaient destinées à protéger les humains de la menace potentielle que pourraient représenter les robots tout en établissant une hiérarchie claire de commandement et de respect des ordres. Pourtant, au fil de son œuvre, Asimov a réalisé que ces lois ne suffisaient pas à couvrir toutes les situations auxquelles un robot pourrait être confronté. Dans sa nouvelle « Les Robots et l’Empire », il introduit une loi supplémentaire, la Loi Zéro, qui stipule que la sécurité de l’humanité prime sur celle d’un individu. Cette loi n’était pas codée au niveau matériel des cerveaux positroniques, contrairement aux trois premières, mais était de type logiciel, « déduite » par le robot R. Giskard Reventlov.

Fascinant, n’est-ce pas ? Ces trois lois, et par la suite la loi zéro, sont devenues le principe organisateur et le thème unifiant de l’œuvre d’Asimov. Elles ont même été adoptées par d’autres auteurs travaillant dans l’univers fictif d’Asimov et ont fait l’objet de nombreuses références, parfois parodiques, dans de nombreuses œuvres de science-fiction et dans d’autres genres. Un autre fait intéressant est que le premier passage de la nouvelle « Menteur ! » d’Asimov qui mentionne la première loi est la plus ancienne mention enregistrée du mot « robotique ». Asimov lui-même n’en était pas conscient ; il pensait que le mot existait déjà, par analogie avec « mécanique » (comme « positronique » avec « électronique ») et d’autres termes similaires désignant des branches de science appliquée.

Les trois lois, ainsi que la loi zéro, sont bien plus qu’une simple curiosité littéraire. Elles nous incitent à réfléchir de manière profonde et sérieuse sur les implications éthiques et morales de la technologie. Dans un monde où l’IA devient de plus en plus présente et puissante, la question de savoir comment nous encadrons et réglementons les interactions entre l’homme et la machine devient de plus en plus pertinente. Asimov avait une foi étonnante en l’universalité de ses lois. A un tel point qu’ il fut choqué lorsqu’il assista à la projection du film « 2001, l’Odyssée de l’espace », où l’ordinateur HAL 9000 enfreint la première loi en s’attaquant à des humains. Asimov quitta la salle avec bruit, déçu par cette transgression de sa loi. Cela nous montre à quel point Asimov prenait au sérieux ses lois et à quel point il croyait en leur nécessité.

Les lois de la robotique d’Asimov, bien que formulées il y a près de 80 ans, ont encore beaucoup à nous apprendre. Elles soulignent l’importance de la sécurité humaine dans le développement de la technologie et mettent en évidence les dilemmes complexes et parfois contradictoires auxquels nous pourrions être confrontés à mesure que les robots deviennent de plus en plus intelligents et autonomes. Les progrès récents en matière d’intelligence artificielle ont ravivé l’intérêt pour les lois de la robotique d’Asimov. Dans un monde où les machines intelligentes sont de plus en plus présentes, de nombreuses personnes se demandent si les lois d’Asimov peuvent nous fournir un cadre pour gérer ces technologies émergentes. C’est un débat ouvert avec des arguments valables de chaque côté. Les lois de la robotique d’Asimov continuent d’être une référence importante pour notre compréhension de la façon dont l’homme et la machine peuvent coexister de manière pacifique et productive. Elles continuent de nous faire réfléchir sur les implications morales et éthiques de la technologie et nous rappellent que, même dans un monde de plus en plus dominé par les machines, la sécurité et le bien-être de l’humanité doivent toujours être notre priorité.

Il est certain que l’héritage d’Asimov et de ses lois de la robotique continuera à avoir un impact profond et durable sur notre société. Alors que nous naviguons dans un avenir de plus en plus technologique, il est essentiel de garder à l’esprit les leçons et les avertissements de ses œuvres. Car, après tout, le rôle de la technologie doit être de servir l’humanité, pas l’inverse.

Découvrez Radio Mercure - Une nouvelle Radio Web Culturelle | www.radio-mercure.com

Dernières publications

Ces publications pourraient vous intéresser …