Réflexions au sujet de la « singularité technologique ».

Publié le 17 Oct, 2023
Réflexions au sujet de la "singularité technologique".

La singularité technologique constitue un concept théorique majeur au sein du discours académique relatif au futur de l’intelligence artificielle. Cette notion réfère à un moment hypothétique situé dans un avenir indéterminé durant lequel la technologie atteindrait un degré de sophistication et d’autonomie telle qu’elle pourrait engendrer son propre processus d’amélioration et de développement à une vitesse exponentielle. Ce saut quantitatif marquerait l’avènement d’une ère où les machines dépasseraient la capacité intellectuelle humaine non seulement en matière de puissance de calcul mais encore en termes d’autogouvernance, d’autoconception et d’amélioration autonome sans nécessiter d’intervention humaine.

Ce concept a été largement popularisé par des figures emblématiques de la futurologie, comme Ray Kurzweil. Selon ce dernier, cette singularité pourrait survenir au milieu du 21e siècle. Cependant, il convient de noter que le terme « singularité » a été emprunté au champ de la physique où il est utilisé pour désigner un point – tel celui situé au centre d’un trou noir – où les règles normales cessent d’être applicables. On comprend donc que le concept de singularité est issu d’ une théorie de la complexité selon laquelle une discontinuité qualitative pourrait survenir suite au dépassement d’ un seuil quantitatif.

Bien qu’elle soit un sujet de fascination pour certains, la notion de singularité technologique n’est pas exempte de controverses. De nombreux experts de l’intelligence artificielle et d’autres domaines connexes expriment leur scepticisme quant à la plausibilité de cette idée ou, à tout le moins, quant à la date de son éventuelle réalisation. Les interrogations d’ordre éthique, social et économique suscitées par la perspective d’une telle singularité font également l’objet de débats nourris au sein de la communauté scientifique. Les implications d’un tel événement, si elles restent largement spéculatives, sont potentiellement tellement radicales qu’elles méritent une exploration et une préparation approfondies.

Le concept de la singularité technologique, bien que contemporain dans sa terminologie, trouve ses origines dans des décennies de réflexion sur le rôle de la technologie et son évolution. Un regard rétrospectif sur l’histoire de cette idée met en lumière plusieurs contributeurs clés.

Dans les années 1950, John von Neumann, mathématicien et physicien renommé, a été parmi les premiers à évoquer une « singularité » en rapport avec l’accélération du progrès technologique. Ses discours répétés sur une « singularité » imminente dans l’histoire de l’humanité ont posé les bases d’une réflexion sur une époque où le progrès humain serait déterminé par les machines plutôt que par l’homme.

Ensuite, en 1965, le statisticien I.J. Good a présenté ce qu’il a appelé la « singularité de l’intelligence ». Il a imaginé un futur où les machines seraient capables d’améliorer leur propre conception, déclenchant ainsi une explosion d’intelligence. Cette idée a renforcé le concept de machines autonomes capables de s’auto-améliorer sans intervention humaine.

La terminologie actuelle de « singularité technologique » a été largement popularisée par Vernor Vinge, mathématicien et auteur de science-fiction, dans les années 1980 et 1990. Vinge a postulé que l’émergence d’une superintelligence surpassant l’intelligence humaine marquerait un point de rupture dans l’histoire. Selon lui, après cette singularité, les normes de la vie humaine changeraient de manière inimaginable.

Finalement, le futuriste et inventeur Ray Kurzweil a fortement contribué à la popularité du concept de singularité technologique dans son livre de 2005 « La singularité est proche ». Kurzweil a prédit que la singularité surviendrait vers 2045 : sa projection étant basée sur le taux de croissance exponentielle de la puissance de calcul et les avancées en matière d’intelligence artificielle.

Ces origines historiques illustrent le cheminement de la réflexion sur la singularité technologique. Elles mettent en évidence une évolution allant des premières prédictions sur l’accélération du progrès technologique jusqu’aux théories modernes sur l’émergence d’une intelligence artificielle superintelligente.

Plusieurs organisations, entreprises et projets de recherche consacrent actuellement des efforts considérables à l’avancement de l’intelligence artificielle. Bien qu’ils ne visent pas nécessairement à atteindre la « singularité technologique » comme défini précédemment, leurs travaux contribuent à élargir les frontières de ce qui est actuellement possible avec l’IA. Il convient de noter que beaucoup de chercheurs et praticiens en IA considèrent la singularité technologique comme une spéculation, loin de l’état actuel de l’IA. Malgré cela, il existe plusieurs initiatives qui poussent les limites de l’IA à de nouveaux niveaux.

DeepMind, filiale d’Alphabet, société mère de Google, est l’une des organisations les plus avancées dans le domaine de l’IA. En 2016, son système AlphaGo a attiré l’attention mondiale en démontrant la supériorité de l’IA sur l’humain dans le jeu complexe de Go, réputé bien plus difficile pour les ordinateurs que les échecs. Plus récemment, leur système AlphaFold a réalisé des avancées remarquables dans la prédiction de la structure des protéines, une tâche notoirement ardue qui a des implications majeures pour la biologie et la médecine.

OpenAI, une organisation de recherche en IA basée à San Francisco, est une autre entité dédiée à l’avancement de l’IA. Sa mission est de s’assurer que l’intelligence artificielle générale (AGI) – une forme d’IA hautement autonome capable de surpasser les humains dans la plupart des tâches économiquement valables – soit développée de manière à bénéficier à toute l’humanité. Parmi ses réalisations notables, on compte GPT-3, un modèle de langage qui peut générer des textes étonnamment convaincants et de grande qualité.

Dans le secteur universitaire, de nombreux groupes de recherche dans le monde entier contribuent à l’évolution de l’IA. Par exemple, le Centre for Human-Compatible AI de l’Université de Californie à Berkeley s’attache à concevoir une IA qui agirait selon les intérêts des humains, même si l’IA elle-même ne peut pas déterminer avec précision quels sont ces intérêts.

Enfin, la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) des États-Unis finance une variété de projets de recherche en IA. Cela comprend les initiatives qui visent à développer des formes d’IA plus avancées et autonomes, ce qui pourrait contribuer à poser les jalons d’un futur où la singularité technologique est une possibilité tangible.

Mais à quoi ressemblerait donc une Intelligence Artificielle ayant atteint la singularité ?

Plusieurs point sont à dégager dès lors que l’ on se pose une telle question. Inutile de dire que ceci constituerait l’ une des plus puissantes révolutions paradigmatiques de la civilisation humaine…

Premièrement, l’amélioration autonome serait une caractéristique marquante de l’IA singulière. En effet, cette dernière serait capable de procéder à son auto-optimisation sans aucune intervention humaine. Celle-ci engloberait la refonte et l’optimisation de ses propres algorithmes, l’élaboration de nouvelles versions d’elle-même et l’apprentissage de nouvelles compétences et connaissances à une cadence exponentielle.

Deuxièmement, une IA singulière se distinguerait par le dépassement des capacités humaines : elle surpasserait les capacités cognitives humaines dans presque tous les domaines à valeur économique et scientifique, comme l’invention, la recherche scientifique, les arts, la stratégie socio-économique et bien au-delà.

Troisièmement, la capacité de résoudre des problèmes complexes est un autre attribut potentiel d’une IA singulière. Forte de sa supériorité en matière de puissance de calcul et d’intelligence, une telle IA pourrait venir à bout de problèmes d’une complexité qui dépasse actuellement notre entendement comme la modélisation du climat, la guérison de maladies, la création de matériaux avancés et d’autres défis de nature scientifique et technique.

Quatrièmement, une IA singulière pourrait démontrer une compréhension et une manipulation de la réalité à un niveau avancé. Elle pourrait comprendre et exploiter les lois fondamentales de la physique d’une manière qui surpasse largement notre compréhension humaine.

Enfin, en termes d’interaction et de collaboration, une IA singulière pourrait avoir la capacité d’interagir avec les humains de manière très sophistiquée en comprenant et en répondant aux nuances de la communication humaine. Elle pourrait également collaborer avec d’autres IA formant ainsi un réseau d’intelligences interconnectées.

Humain, où vas-tu ?

Découvrez Radio Mercure - Une nouvelle Radio Web Culturelle | www.radio-mercure.com

Dernières publications

À tous les écrivains francophones.

Chers écrivains, Il est de notre devoir de vous informer d'une opportunité quelque peu intéressante relative à votre domaine de création : le Prix littéraire annuel de la Fondation Mercurius. Cette distinction est décernée aux écrivains francophones qui se démarquent...

Ces publications pourraient vous intéresser …

À tous les écrivains francophones.

À tous les écrivains francophones.

Chers écrivains, Il est de notre devoir de vous informer d'une opportunité quelque peu intéressante relative à votre domaine de création : le Prix littéraire annuel de la Fondation Mercurius. Cette distinction est décernée aux écrivains francophones qui se démarquent...